mardi 17 juin 2014

Révélations troublantes contre la France : les balles du fusil Famas extraites des militaires maliens blessés à Kidal




Par Inter De Bamako -
Révélations troublantes contre la France : les balles du fusil Famas extraites des militaires maliens blessés à Kidal
Il ne fait plus l’ombre d’aucun doute que les soldats français de l’opération Serval ont été engagés aux côtés des djihadistes le 21 mai 2014 pour contraindre l’armée malienne à quitter Kidal pour de bon. En effet, après analyses des balles dans un camp militaire de la capitale, la preuve est désormais établie que les balles logées dans le corps des soldats maliens blessés lors du combat sont celles du fusil Famas, de fabrication française, utilisé uniquement par les forces spéciales françaises au Mali. 

Un fusil Famas F1 équipé du chargeur PCL

La prétendue victoire, attribuée aux preneurs d’otages de ressortissants français dans le Sahel, regroupés au sein du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (Mnla), n’est en fait que celle de l’armée française basée à Kidal dans le cadre de l’opération Serval. Les preuves de la participation des militaires français de l’opération Serval à la « victoire » de leurs associés sont désormais établies. Il ressort des analyses des balles extraites des militaires maliens blessés à Kidal, le 21 mai 2014, que les soldats français, appelés pour débarrasser le Mali de la menace terroriste, ont utilisé leurs armes soit pour tuer ou blesser les combattants maliens. Ces balles sont celles du fusil Famas. Et le cas de ce lieutenant est le plus édifiant. Une balle est restée coincée entre son insigne et son gilet pare-balle. Ce fusil, de fabrication française, n’est utilisé ni par les bandits encore moins par la Mission des Nations Unies (Minusma) qui est restée cloitrée dans son camp au moment où l’armée malienne affrontait les Français et leurs collaborateurs dans la ville de Kidal.
Les forces spéciales françaises, engagées au Mali depuis le 11 janvier 2013, sont les seules qui possèdent cette arme dans notre pays. Malgré leurs rapports cordiaux avec leurs associés narcotrafiquants, ils n’ont pas voulu franchir le Rubicon en leur dotant des armes qu’eux-mêmes utilisent sur les théâtres d’opération. Mais ils ont laissé le soin au Qatar, le bras financier de la nébuleuse, de les armer en Kalachnikov, fusil d’assaut russe. L’implication de la France dans le combat est intervenue, après que deux généraux français eurent demandé au Chef d’état-major des armées, le général Mahamane Touré, un cessez-le feu. Devant le refus du général, les émissaires français sont sortis sur la pointe des pieds, en déclarant que le Mali va payer cher l’humiliation qu’ils viennent de subir. Chose dite, chose faite. Ainsi, les soldats de l’opération Serval, renforcés par des militaires venus d’Abidjan, ont reçu la consigne des autorités françaises de s’engager aux côtés des groupes armés pour déloger l’armée malienne de Kidal pour de bon.
Pour les Français, la victoire militaire malienne allait anéantir tous leurs efforts déployés au Mali. Et pire, elle mettrait ainsi fin aux négociations à partir desquelles les autorités françaises veulent dépecer le Mali. Avec ces preuves, les autorités maliennes doivent demander des comptes au président français, François Hollande, qui a déclaré lors de sa visite en 2013, que son pays est en train de payer une dette envers le Mali.

Les caractéristiques du fusil Famas utilisé contre les militaires à Kidal

Le Famas, officiellement fusil d’assaut de 5,56 mm modèle F1 MAS, est un fusil d’assaut français. Il a été commandé et mis en service par l’armée française qui voulait une arme tactique puissante et d’encombrement réduit qui soit également facile à utiliser et entretenir. Le Famas a remplacé le fusil FSA MAS 1949-56 en calibre 7,5 mm et le pistolet mitrailleur MAT 49 en calibre 9 × 19 mm Parabellum, supprimant ainsi l’ancienne organisation binôme. Une étude, sorte de phase préparatoire au remplacement de cette arme à partir, éventuellement, de 2015, a été lancée fin 20092.
Le Famas est aussi capable de tirer des grenades mixtes anti personnelles/anti véhicules (APAV40 notamment) ou antichars (comme l’AC58) au moyen de cartouches spéciales (cartouches feuillette pour grenades modèle F1) ou de cartouches ordinaires F1 (grenades modèle F2, où la grenade est dotée d’un piège à balle). Les grenades tirées de cette manière peuvent peser un poids maximal de 500 g. On peut aussi adjoindre au Famas un lance-grenade (M203 américain), qui se place sous le canon, ou une baïonnette.

Yoro SOW

Source: Inter De Bamako

mercredi 7 mai 2014

25 vérités sur Reporters Sans Frontières



6 mai 2014
Article en PDF : Enregistrer au format PDF
L’organisation française prétend défendre uniquement la liberté de la presse. En réalité, derrière cette noble façade, se cache un agenda politique bien précis...
http://www.michelcollon.info/local/cache-vignettes/L500xH202/rsfpng-9ce4b9ce4-23736.png

1. Fondée en 1985 par Robert Ménard, Jean-Claude Guillebaud et Rony Brauman, Reporters sans frontières a pour mission officielle de « défendre la liberté de la presse dans le monde, c’est-à-dire le droit d’informer et d’être informé, conformément à l’Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme ».

2. Néanmoins, en dépit de cette profession de foi officielle, RSF dispose d’un côté obscur et d’un agenda politique bien précis, souvent lié à celui de Washington, et s’en prend notamment aux gouvernements de gauche en Amérique latine, tout en préservant les pays développés.

3. Ainsi, RSF a été financée par le gouvernement des Etats-Unis par le biais de la National Endowment for Democracy. L’organisation ne s’en cache d’ailleurs pas : « Absolument, nous recevons de l’argent de la NED. Et cela ne nous pose aucun problème ».

4. La Fondation nationale pour la démocratie (NED) a été créée par l’ancien président étasunien Ronald Reagan en 1983, à une époque où la violence militaire avait pris le pas sur la diplomatie traditionnelle dans l’approche des affaires internationales. Grâce à sa puissante capacité de pénétration financière, la NED a pour objectif d’affaiblir les gouvernements qui s’opposeraient à la politique étrangère de Washington.

5. Selon le New York Times, [article de mars 1997], la NED « a été créée il y a 15 ans pour réaliser publiquement ce que la Central Intelligence Agency (CIA) a fait subrepticement durant des décennies. Elle dépense 30 millions de dollars par an pour appuyer des partis politiques, des syndicats, des mouvements dissidents et des médias d’information dans des dizaines de pays ».

6. En septembre 1991, Allen Weinstein, père de la législation qui a donné naissance à la NED, a tenu les propos suivants au Washington Post : « Beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui a été fait par la CIA il y a 25 ans de manière clandestine ».

7. Carl Gershman, premier président de la NED, a expliqué la raison d’être de la Fondation en juin 1986 : « Il serait terrible pour les groupes démocratiques du monde entier d’être vus comme subventionnés par la CIA. Nous avons vu cela dans les années 1960, et c’est pour cela qu’on y a mis un terme. C’est parce que nous n’avons pas pu continuer à le faire que la fondation [la NED] a été créée ».

8. Ainsi, selon le New York Times, Allen Weinstein et Carl Gershman, RSF est financée par une officine écran de la CIA.

9. RSF a également reçu un financement du Center for a Free Cuba. Le directeur de l’organisme de l’époque, Franck Calzón, a été par le passé l’un des présidents de la Fondation nationale cubano-américaine (FNCA). Cette dernière est lourdement impliquée dans le terrorisme contre Cuba, comme l’a révélé l’un de ses anciens directeurs José Antonio Llama.

10. RSF a reçu des fonds de la Overbrook Fondation, entité fondée par Frank Altschul, promoteur de Radio Free Europe, station de la CIA pendant la guerre froide, et proche collaborateur de William J. Donovan, chef des services secrets étasuniens dans les années 50 et fondateur de l’Office of Strategic Services, ancêtre de la Central Intelligence Agency.

11. Par le passé, RSF s’est évertuée à passer sous silence les exactions commises par l’armée des Etats-Unis contre les journalistes. Ainsi, RSF ne s’est souvenu que tardivement – cinq ans plus tard – du cas de Sami Al-Haj, journaliste de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, arrêté et torturé en Afghanistan par les autorités étasuniennes et ensuite transféré à Guantanamo. Al-Haj a finalement été libéré le 1er mai 2008, après plus de six ans de calvaire. Il a donc fallu une enquête de cinq ans à RSF pour découvrir que Sami Al-Haj avait été arrêté, séquestré et torturé uniquement en raison de sa qualité de journaliste.

12. Dans un rapport du 15 janvier 2004, RSF a exonéré de toute implication les militaires étasuniens responsables de l’assassinat du journaliste espagnol José Couso et de son collègue ukrainien Taras Protsyuk dans l’hôtel Palestine à Bagdad. Selon la famille Couso, « les conclusions de ce rapport exonèrent les auteurs matériels et reconnus du tir sur l’Hôtel Palestine en se basant sur la douteuse impartialité des personnes impliquées, et sur le propre témoignage des auteurs et responsables du tir, rejetant cette responsabilité sur des personnes non identifiées. La réalisation du rapport a été signée par un journaliste, Jean-Paul Mari, qui entretient des relations notoires avec le colonel Philip de Camp, militaire qui a reconnu son implication dans l’attaque et la mort des journalistes de l’Hôtel Palestine, et de plus, son rapport s’appuie sur les témoignages de trois journalistes très proches des forces nord-américaines, tous étasuniens, dont l’un d’eux – Chris Tomlinson – a été membre des services de renseignements de l’armée des Etats-Unis durant plus de sept ans. Aucun des journalistes espagnols qui se trouvaient dans l’Hôtel n’a été consulté pour l’élaboration de ce document ». Le 16 janvier 2007, le juge madrilène Santiago Pedraz a émis un mandat d’arrêt international à l’encontre du sergent Shawn Gibson, du capitaine Philip Wolford et du lieutenant-colonel Philip de Camp, responsables des assassinats de Couso et Protsyuk et absous par RSF.

13. RSF a fait l’apologie de l’invasion de l’Irak en 2003 en affirmant que « le renversement de la dictature de Saddam Hussein a mis un terme à trente années de propagande officielle et ouvert une ère de liberté nouvelle, pleine d’espoirs et d’incertitudes, pour les journalistes irakiens. Pour les médias irakiens, des dizaines d’années de privation totale de liberté de la presse ont pris fin avec le bombardement du ministère de l’Information, le 9 avril à Bagdad ».

14. Le 16 août 2007, lors de l’émission de radio « Contre-expertise », Robert Ménard, alors secrétaire général de RSF, a légitimé l’utilisation de la torture.

15. RSF a soutenu le coup d’Etat contre le Président haïtien Jean-Bertrand Aristide organisé par la France et les Etats-Unis en titrant : « La liberté de presse retrouvée : un espoir à entretenir ».

16. Lors du coup d’Etat contre Hugo Chávez en avril 2002 organisé par Washington, RSF a publié un article le 12 avril 2002 reprenant sans aucune réserve la version des putschistes et a essayé de convaincre l’opinion publique internationale que Chávez avait démissionné : « Reclus dans le palais présidentiel, Hugo Chávez a signé sa démission dans la nuit, sous la pression de l’armée. Il a ensuite été conduit au fort de Tiuna, la principale base militaire de Caracas, où il est détenu. Immédiatement après, Pedro Carmona, le président de Fedecámaras, a annoncé qu’il dirigerait un nouveau gouvernement de transition. Il a affirmé que son nom faisait l’objet d’un "consensus" de la société civile vénézuélienne et du commandement des forces armées ».

17. RSF a toujours refusé de s’occuper du cas de Mumia Abu-Jamal, le journaliste noir qui croupit dans les geôles étasuniennes depuis trente ans pour avoir dénoncé dans ses reportages la violence policière à l’égard des minorités.

18. RSF mène régulièrement des campagnes contre Cuba, pays pourtant où aucun journaliste n’a été assassiné depuis 1959. L’organisation est en étroite collaboration avec Washington à ce sujet. Ainsi, dès 1996, RSF a rencontré à Paris Stuart Eizenstat, ambassadeur spécial de l’administration Clinton pour les affaires cubaines.

19. Le 16 janvier 2004, RSF s’est réunie avec les représentants de l’extrême droite cubaine de Floride pour mettre en place une stratégie de lutte médiatique contre le gouvernement cubain.

20. RSF a lancé plusieurs campagnes médiatiques en diffusant des messages publicitaires dans la presse écrite, à la radio et à la télévision, destinés à dissuader les touristes de se rendre à Cuba. C’est ce que préconise le premier rapport de la Commission d’Assistance à une Cuba libre publié par le Président Bush en mai 2004 et qui accroit les sanctions contre Cuba. Ce rapport cite d’ailleurs RSF en exemple à la page 20.

21. RSF affirme ouvertement que seuls les pays sous-développés l’intéressent : « Nous avons décidé de dénoncer les atteintes à la liberté de la presse en Bosnie et au Gabon et les ambiguïtés des médias algériens ou tunisiens… mais de ne pas nous occuper des dérives françaises ». Pourquoi ? « Parce que, ce faisant, nous risquons de mécontenter certains journalistes, de nous mettre à dos les grands patrons de presse et de braquer le pouvoir économique. Or, pour nous médiatiser, nous avons besoin de la complicité des journalistes, du soutien de patrons de presse et de l’argent du pouvoir économique ».

22. Jean-Claude Guillebaud, cofondateur de RSF et premier président de l’association, a quitté l’organisation en 1993. Il en expliqué les raisons : « Je pensais qu’une organisation de ce type ne pouvait être légitime que si elle incluait un travail de critique du fonctionnement des médias en occident. Que ce soient les dérives du travail journalistique (bidonnages etc.) ou un travail de réflexion poussé sur l’évolution de ce métier, ses pratiques et les atteintes aux libertés possibles dans les démocraties. Sinon, nous serions passés pour des néocolonialistes, des donneurs de leçons arrogants : quand on interpelle les leaders des pays du tiers-monde sur les atteintes aux libertés de la presse chez eux, la question qui se pose automatiquement à nous, est de savoir quel usage nous faisons de notre liberté. Même si les enjeux ne sont pas les mêmes, cette question est essentielle et je pensais qu’il fallait y consacrer 50% de notre temps et de notre énergie […]. Au fur et à mesure que l’association se développait, les opérations devenaient de plus en plus spectaculaires. Se sont posées deux questions : n’y avait-il pas une contradiction à dénoncer certaines dérives du système médiatique et d’utiliser les mêmes procédés dans nos démarches d’interpellation ? De son côté, Robert Ménard pensait qu’il fallait mettre en sourdine toute l’activité de critique des médias pour bénéficier du soutien des grands journaux et des grandes chaînes de télé […]. Je les ai trouvés beaucoup trop proches de la presse anti-Chávez au Venezuela. Il aurait sans doute fallu être plus prudent. Je trouve qu’on les entend très peu sur les Etats-Unis. »

23. Le quotidien français Libération, pourtant fidèle soutien de l’organisation, note que RSF reste silencieuse sur les dérives des médias occidentaux : « Désormais, la liberté de la presse sera exotique ou ne sera pas ». Beaucoup « lui reprochent son acharnement contre Cuba et le Venezuela et sa mansuétude envers les Etats-Unis. Ce qui n’est pas faux ».

24. RSF n’a jamais caché ses relations avec le monde du pouvoir : « Un jour, nous avons eu un problème d’argent. J’ai appelé l’industriel François Pinault pour qu’il nous apporte son aide. […] Il a répondu aussitôt à ma demande. Et c’est cela seul qui compte » car « la loi de la gravitation existe, chers amis. Et la loi de l’argent aussi ».

25. Ainsi, loin des revendications d’impartialité et de défense de la liberté de la presse, RSF dispose effectivement d’un agenda politique et s’en prend régulièrement aux pays de la Nouvelle Amérique latine.


Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.
Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité, Paris, Editions Estrella, 2013 et comporte une préface d’Eduardo Galeano.
http://www.amazon.fr/Cuba-m%C3%A9di...;;ie=UTF8&qid=1376731937&sr=1-1

Source : operamundi

mardi 1 avril 2014

Mali : La fin du président IBK




Je commençais à désespérer de la clarté de ma vision, car je craignais que le mois fatidique de mars laisse IBK indemne au pouvoir. Or, ceux qui me suivent sur Twitter, savent que je ne lui donnais pas plus de six mois de survie politique. Et alors que je commençais à me résigner à la boucler pour de bon, voilà que le dernier vendredi de ce mois butoir, le coup vient du pays même de son ami Hollande. Plus mortel qu’un coup d’Etat ou un assassinat politique.

Mort de sa belle mort !

En l’an 2000, alors qu’il venait d’être démis de ses fonctions de premier ministre d’AOK et que tout le monde le donnait fini, j’ai écrit dans Le Malien un billet titré « Attention, IBK n’est pas mort », m’ayant valu quelques railleries... On connait la suite. Il a été élu deux fois président de la République. D’abord en 2002 où sa victoire lui a été volée par le déchu ATT. Ensuite, six plus tôt à la suite d’un quasi-plébiscite.
Et aujourd’hui, quatorze ans plus tard, alors qu’il est encore au sommet du pouvoir, j’affirme haut et fort : « IBK est mort ! Irrémédiable mort ! Mort de sa belle mort ! » Et dans les tous sens de ce mot, car il n’en survivra pas physiquement. Et je voyais cela sur sa face défaite le 26 mars dernier quand je le surpris à la télé, lors d’une cérémonie militaire. C’était un cadavre que je voyais. Il avait déjà le regard plongé dans l’Au-delà.
IBK est mort, car tous ses masques tombent avec cette affaire de mafiosi. L’ange de la mort s’est présenté à lui sous les traits du parrain corse Michel Tomi. Son vernis de musulman s’effrite radicalement, après celui de démocrate qu’il a fortement écorné avec son népotisme criard. Il ne pourra plus l’ouvrir dans ce pays où l’on connait son penchant pour la grande vie. Voulant être le champion de tout, IBK s’avère finalement en deçà de toutes les prétentions qu’il a affichées. Et personne n’est plus dupe.

Un homme sentant sa mort

J’avais écrit sur Twitter qu’IBK « agit comme quelqu’un qui sait qu’il va mourir au pouvoir ». C’était par rapport à son acharnement à mettre ses proches, dont son fils Karim et son gendre Isaac Sidibé, à des postes stratégiques, dans le but évident de conserver le pouvoir dans la famille, en cas de déboires personnels. Et c’est ce scénario qui se profile à l’horizon avec une éventuelle démission d’IBK ou une mort brutale
Je ne m’étalerai pas davantage là-dessus. Je me contenterai de dire que quel que soit celui qui lui succédera au pouvoir, qu’il sache que c’est le même sort qui l’attend, s’il n’a pas l’étoffe d’un héros. Car, au stade où l’on en est, Il faudrait un héros pour sortir le Mali de l’ornière dans laquelle vingt ans de « démocratie » l’ont plongé.

Mountaga Fané Kantéka